Notre vision

Introduction

Tout projet de développement durable est une entreprise de longue haleine et  semé d’obstacles. Ainsi, nous aimerions  définir ici notre stratégie qui nous servira dans tous nos projets.  Tout d’abord, nous  rappelons le fait suivant : il nous faudra toujours privilégier nos propres ressources pour lancer nos projets et en ce sens être vraiment ingénieux et innovants. En effet, les sources de financement deviennent de plus en plus concurrentielles et beaucoup  d’ONG sont crées pour le bien être de leurs fondateurs. De ce fait, il  nous faudra obtenir la légitimité des populations en répondant à leurs besoins concrets. Il nous faudra marquer notre présence dans tous les villages et faire durablement  changer les esprits. Pour cela, nous croyons  vraiment dans le pouvoir de l’émulation.  Et voici une esquisse de notre  stratégie sur l’exemple du projet de récupération des terres.

SAM_2777

Phase 0 : Organisation et clarification des objectifs

Il nous faudra toujours montrer des films, des documentaires et des animations aux villageois pour qu’ils comprennent nos objectifs à court, moyen et long terme. Pour nous :

  • Court terme  (6 mois à 1 an): stopper la déforestation et faire comprendre le rôle important de cette foret dans l’écosystème ;
  • Moyen terme (1 à 3 ans) : inverser la courbe de la pauvreté et de l’ignorance ;
  • Long terme : construction d’école, de centre de santé, d’entreprises.
Comité villageois installé à Toute Fandou.

Comité villageois installé à Toute-Fandou.

L’image (vidéo principalement) nous servira à créer l’émulation en montrant que dans d’autres régions du monde des problèmes similaires ont été résolus par l’implication et la persévérance. Et aussi, nous pouvons créer des supports multimédias dans lesquels les villageois sont les acteurs directs. Il faudrait  amener avec nous une télé et un lecteur DVD ou un vidéoprojecteur pour projeter des documentaires (si c’est faisable). Il nous faudrait aussi mettre en œuvre un comité villageois et définir les zones endommagées et les zones protégées. Il nous faudrait obtenir l’adhésion  des villageois sur notre vision à savoir  que le reboisement va beaucoup plus générer des ressources financières que la coupe. En ce sens, on peut leur expliquer qu’ils se font avoir par les revendeurs, car le bois  coûte plus cher à Niamey. Aussi, avec une réorganisation et de meilleures techniques, ils peuvent couper et vendre le bois directement à Niamey en supprimant les intermédiaires. Il nous faut opérer un changement de mentalité en ce sens qu’il faudra enlever l’attitude attentiste de sorte  que les villageois  commencent  à agir même avec les moyens du bord.

 

Phase 1 : Lancer le projet

Une fois nos objectifs compris (moyen, court et long terme) nous allons rédiger le projet, partager les tâches et assigner les responsabilités.  Nous ferions les choses en parallèle. Commencer avec les moyens du bord et chercher des partenaires pour nous aider.

 

Phase 2 :  Évaluation et perspectives

Dans tous les cas (succès ou échec), il nous faut tirer des conclusions. En ce sens, nous allons travailler  avec des étudiants en thèse et des masters pour que nos travaux soient valorisés par la suite. Il nous faut aussi utiliser des outils modernes de sondage et de communication. Comme cela, nous pouvons faire évoluer et impliquer la recherche scientifique au Niger.

 

Conclusion

Voici notre vision des choses.  Peut être ambitieux … Toutefois, les populations  au Niger ont du temps, il  nous faut trouver les idées capable de rassembler et de motiver ces populations.  Mais il nous manque des fonds. Cependant, ces fonds viendront une fois que nous avons dépasser la barrière de l’organisation. Nous pensons faire évoluer les choses dans le bons sens.  Et surtout lutter contre la corruption, fléaux qui contribue à retarder le Niger.